30/10/2018

LE POLE NORD

EXPEDITION POLAIRE AU SPITZBERG A LA RENCONTRE DE L'OURS POLAIRE

du 11 au 20 juin 2018

par Michèle Paoli


IMG_3445.JPG

Ils l’avaient rêvé, ils l’avaient désiré et ils l’ont fait! Sous l’égide du Tigre Vanillé, deux groupes de lecteurs sont partis à la découverte de l’archipel du Svalbard et ont atteint le parallèle 81°50,2’N, soit à 907 kilomètres du pôle Nord, pour rencontrer le roi des Glaces. Cette terre polaire, protégée depuis 1973, a permis de contempler des paysages fantastiques et une faune riche et variée, dont les ours blancs, les phoques, les morses, les bélugas et une multitude d’oiseaux.

Les informations pratiques et les documents pour notre voyage nous ayant été remis lors d’un cocktail dînatoire, offert par Le Tigre Vanillé, nous nous retrouvons le lundi 11 juin à l’aéroport pour un envol en début d’après-midi à destination d’Oslo.

Lundi 11 juin

Oslo : arrivée à l’aéroport, nous nous dirigeons vers l’hôtel Radisson où nous allons passer une nuit. Christophe, notre guide francophone, nous rejoint pour nous encadrer, tout au long de notre périple, et nous apporter son savoir sur sa solide expérience des régions polaires, en français, dès lors que la langue officielle sur le bateau est l’anglais.

A 18h.30, après avoir pris possession de nos chambres, nous nous retrouvons pour un apéritif et ensuite un premier repas tout à fait convenable.

Mardi 12 juin : Longyearbyen

Vol à destination de Longyearbyen, petite ville à la principale artère bordée de magasins et de restaurants. A l’heure prévue, soit vers 17 heures, nous embarquons sur des zodiacs pour trois minutes de traversée et nous voilà sur le M/V Ortelius, navire d’expédition à coque renforcée adapté pour affronter des conditions de glace complexes. A bord, 47 membres d’équipage qualifiés et 6 membres d’expédition ainsi qu’un médecin pour 114 passagers de toute nationalité.

Les cabines sont tout à fait convenables. Après notre installation, nous sommes convoqués pour l’exercice de sauvetage : rendez-vous à l’espace bar, munis de notre gilet de sauvetage et le chef d’expédition, Rini, ainsi que les autres membres d’expédition nous expliquent la marche à suivre dans le cas où….. C’est très sérieux. Nous sommes par groupe, selon l’étage et selon où notre cabine se trouve à bâbord ou tribord, et enfin nous embarquons sur un bateau de survie pour bien se mettre en situation.

Verre de Proceco de bienvenue et repas du soir à 19 heures, servi à table. Salle un peu simple et tables trop serrés, mais l’ambiance est très sympathique.

Mercredi 13 juin : Raudfjord

Navigation toute la nuit, sur une mer très calme. Réveil à 7h30 avec la voix de Rini qui nous rappelle l’heure du petit déjeuner. Une conférence de sécurité pour l’embarquement et le débarquement des zodiacs nous est donnée par Rini et aussi, sur la sécurité en cas de rencontre avec l’ours.

CIMG3473.JPGTous les passagers se retrouvent ensuite sur le pont, habillés comme si nous allions au pôle Nord… mais, que dis-je, nous y allons….

Appareils de photo, jumelles, et au loin, nous avons la joie d’apercevoir des bélugas et leurs bébés. La matinée se déroule sur le bateau. Les appareils de photos donnent de leur puissance, certains avec des zooms qui n’en finissent pas. Le temps est couvert. C’est difficile de voir au loin, mais le spectacle est quand même grandiose et nous n’avons pas tout vu.

Les déjeuners se déroulent à la même heure, tous les jours, soit à 12 heures. Grand buffet avec une soupe en entrée. Je crois que c’est à l’unanimité que nous avons trouvé les repas excellents. Le chef est autrichien et a su nous faire aimer sa cuisine.

15h.30 sortie en zodiac pour 1h.30 à 2h.00 environ. Il fait très froid. Seuls quelques récalcitrants restent sur le bateau. Au retour des plus téméraires, nous apprenons qu’ils ont aperçu une dizaine d’oiseaux et un phoque barbu.

Jeudi 14 juin : Fuglefjord

Le capitaine ayant décidé de changer de cap, nous voguons en direction du Pack-Nice 81.50,2’N latitude nord. Il fait très froid, il neige. Nous arrivons délicatement sur la banquise et, c’est dans une liesse silencieuse que nous rencontrons notre premier ours, le roi des Glaces. On le voit très bien avec des jumelles et même au loin, à l’œil nu. Après le repas de midi, tous les passagers sont sur le pont en scrutant la banquise pour apercevoir à nouveau un autre ours. C’est une joie que d’apercevoir ce magnifique animal, dont le seul prédateur est l’homme.

Vendredi 15 juin : Pack-Nice 81.50,2’N

Ce matin réveil à 7 heures. Le navire est resté toute la nuit sur la banquise. Ciel bleu et soleil, mais il fait froid. Tout le monde sur les ponts, appareils de photos, jumelles en mains. Au loin, le « King » de la banquise se repose. C’est un mâle, nous dit Rini. Nous avançons tout doucement vers lui. Quand il s’aperçoit que le bateau approche, il se lève, nous regarde, se roule dans la neige. Nonchalamment, il nous tourne le dos pour s’éloigner, tout en faisant des pirouettes sur la glace, se cachant en se jetant dans l’eau et jaillissant de l’autre côté. Un très beau spectacle. Il est possible que ce soit le même ours que la veille.

CIMG3494.JPG

Après le déjeuner, le temps est tellement beau que nous nous retrouvons à nouveau sur les ponts et, surprise, un ours venant de chasser un phoque se délecte de sa graisse. Voyant le navire avançait sur lui, il traîne le phoque comme un enfant son « doudou ». Il nous regarde, s’arrête, part, et sans lâcher sa proie, il s’en va pour cacher son « doudou » qui ensuite sert de repas aux oiseaux.

Aujourd’hui, nous avons eu la chance de voir trois ou quatre ours. Je dis 3 ou 4, car il est possible que ce soit le même. Des mouettes blanches ou ivoires, des goélands et deux phoques, dont un blessé certainement par un ours. Nous sommes restés sur le navire, car il est impensable de sortir sur la banquise. Le soleil brille encore, il est 18h.50, et Christophe nous appelle pour faire la photo de groupe, juste avant le repas du soir.

Samedi 16 juin

La nuit fut très agitée ! La mer est en grande colère. Certains passagers sont malades, des sachets en papier renforcé sont à disposition…

D’aucuns sont sur les ponts, d’autres au bar et certains sur la passerelle avec le capitaine et son équipage pour prendre, au travers des vitres, des photos. La journée se passe donc au calme.

Dimanche 17 juin : Magdalenefjord

Le bateau a commencé sa descente. Nous quittons la banquise. Il est prévu une sortie en zodiac pour aller voir les morses. Une petite heure de traversée pour aller admirer la colline aux oiseaux, voir des mini-icebergs, des glaciers et enfin débarquer sur une petite île aux morses. Les membres d’expédition sont tous équipés d’un révolver et d’une carabine. Nous devons être très disciplinés et ne pas dépasser le chef d’expédition.

Une horde de morses se prélassent, les uns sur les autres, sur le sable. Leurs défenses sont impressionnantes et leur corps de plus de 500 kilos. Ils semblent dormir, mais sont très vigilants en nous apercevant. Trois morses sont dans l’eau, ils nagent, ils nous regardent. Et en voilà un qui se décide de sortir de l’eau en se dirigeant vers ses compères. Il fait trois pas et hop ! il s’éclate de tout son poids. Il recommence ainsi. Pour faire 10 mètres il lui faut au moins une demi-heure….

Après le déjeuner, chacun retrouve sa cabine pour une petite sieste. Pour ceux qui le désirent, débarquement pour une promenade de deux kilomètres ou une randonnée un peu plus longue en direction du glacier. Certains passagers ont trouvé quelque peu dangereux dès lors que les cailloux ne permettaient pas la retenue et les bottes n’étaient pas adaptées.

Le soir, c’est la fête. Un barbecue se prépare sur l’héliport. Malheureusement, le temps n’est pas clément. Il bruine, il fait froid. Mais rien n’arrête l’équipage. Des tables sont dressées et un superbe barbecue composé de plusieurs viandes, légumes, féculents, dessert et bien sûr vin rouge ou blanc à volonté. L’ambiance est superbe sur une musique d’ABBA. C’est une soirée inoubliable, car malgré le froid, la pluie, tous les passagers font honneur au travail de l’équipage.

Lundi 18 juin : Alkhornet

Aujourd’hui, soleil et moins de vague. Baleine au loin. C’est une sortie en zodiac pour aller marcher sur la toundra pour aller voir les oiseaux, les rênes, les renards bleus. C’est une sortie qui a été très appréciée. Le soir, au repas, tout l’équipage nous font l’honneur de se présenter à nous afin qu’on puisse les congratuler. C’est effectivement le dernier jour de notre navigation.

Mardi 19 juin : Longyearbyen

 

Le bateau a navigué toute la nuit pour arriver au matin à Longyearbyen. Même trajet de trois minutes en zodiac pour rejoindre le port. Au-revoir l’Ortilius et merci à tout l’équipage !

Nous faisons les derniers achats dans cette petite ville, capitale du Spitzberg, et à 14h.45 nous nous envolons pour Oslo en faisant un transit à Tromso. Récupération des valises, passage à la douane et reprise du même avion. La raison c’est que le Svalbard n’est membre ni de l’espace Schengen, ni de l’AELE.

Arrivée à Oslo vers 19 heures où un guide nous attendait pour nous conduire au Grand Hôtel d’Oslo. Environ une heure de route et difficile d’atteindre l’hôtel car des « VIP politiciens africains » ont « envahi » l’hôtel. Installation dans nos superbes chambres et excellent repas à quelques rues de l’hôtel, accompagnés par la directrice de l’agence d’Oslo.

Mercredi 20 juin

Notre vol étant à 15h.10, nous avons une excursion à travers la ville d’Oslo dans un magnifique car. Après avoir circulé dans les rues menant au quartier branché, au quartier des affaires, à l’Opéra, au port, nous visitons le musée du Fram. C’est ici qu’est exposé le grand et magnifique voilier qui en 1910 a franchi le Svalbard. Nous finissons notre visite par une promenade au parc des sculptures.

Après notre déjeuner à l’hôtel, nous partons pour l’aéroport pour notre vol sur Genève, avec un arrêt à Copenhague.

Au revoir la Norvège !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.