13/03/2016

MEKONG : FLEUVE MYTHIQUE....

CROISIERE SUR LE MEKONG

du 13 au 26 février 2016

arrivee au Cambodge.JPG


COMPTE-RENDU D'UNE BELLE CROISIERE SUR LE MEKONG

ORGANISE PAR CROISIEUROPE

POUR LE CLUB VOYAGES DE LA TRIBUNE DE GENEVE ET DE 24 HEURES

DSC07193.jpg

Le Mékong, fleuve mythique, aux nombreux bras tel le dieu Shiva, fascine les hommes et façonne leur vie. Nous étions nombreux à avoir choisi de remonter ce grand et généreux « serpent d’eau », depuis Hô-Chi-Minh-Ville, ville encore fortement imprégnée de la présence française, jusqu’à Phnom Penh, capitale du Cambodge qui connait depuis la fin des années 1990 un fort développement économique et s’attache à oublier ces années d’horreur de guerre civile. Après avoir quitté le Mékong, nous avons longé le lac Tonlé Sap pour découvrir durant trois jours l’une des 7 merveilles du monde : Angkor.

Le Mékong, 4e fleuve d’Asie et le 10e du monde par son débit, prend sa source sur le plateau tibétain, dans les hauteurs de l’Himalaya. Il traverse 6 pays : la Chine, le Myanmar, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam. Ressource naturelle et source de vie commune à des centaines de millions de personnes, le Mékong est un des riches « berceaux de diversité culturelle » du monde et la fierté de tous les pays riverains du bassin du grandiose »fleuve mère ».

Compte-rendu de ce magnifique voyage, organisé par CroisiEurope

IMG_7929.JPGSamedi 13 février : nous sommes accueillis par Sylviane Christinat, conseillère CroisiEurope pour la Suisse, et le charmant Marcel Bélanger, québecquois, dont l’accent ne faisait en aucun cas douter de son origine. Ce sera notre guide CroisiEurope durant tout notre séjour, mais aussi notre photographe et vidéaste. 15heures, départ par vol de ligne Qatar airways jusqu’à Ho Chi Minh Ville, avec changement à Doha.

Arrivée dimanche 14 février à 12h15. Nac, notre guide vietnamien nous attend. Après un tour de ville dans cette capitale où André Malraux, Marguerite Duras ont laissé leurs empreintes, nous nous dirigeons vers le bel hôtel Majestic pour un déjeuner local et délicieux. Avant de nous diriger vers l’Indochine, bateau colonial de la flotte CroisiEurope, nous découvrons la ville où fourmillent les scooters, motos,P1210850.JPG appelés communément « les hannetons ». Ils sont des centaines à circuler, à se faufiler à travers les voitures, et très souvent portant sur leurs selles le couple et des enfants en bas âge… A 17 heures, nous découvrons l’Indochine pour prendre possession de nos cabines. Hélène Servière, directrice de croisière, souriante et toujours disponible, nous accueille en nous donnant rendez-vous à 18h30 au Salon-Bar pour une séance d’information. Le temps est magnifique. La météo annonce près de 32°, c’est fort agréable dès lors que nous avons quitté la Suisse avec un froid glacial. Un cocktail de bienvenue nous est offert et nous faisons connaissance de tout l’équipage, avant de nous mettre à table pour un succulent repas servi au restaurant.

Lundi 15 février : le Vietnam est un pays né de l'eau et du riz, forgé par les combats, les guerres, avec un peuple extrêmement gentil, accueillant, courageux et intelligent. Cela fait trois fois que je vais au Vietnam et j'y retournerai si je le peux. J’avais beaucoup aimé Ho Chi Minh Ville, poumon économique du Vietnam, dont le niveau de vie de ses habitants est deux fois plus élevé que celui du reste du pays, à l’exception de Hanoi. Ville multiethnique, symbole d’un capitalisme cautionné par un communisme « libéral », la capitale du sud aimerait rattraper Singapour et Bangkok. Elle est l’enfant terrible du Vietnam, réunissant 25% du commerce de détail du pays. En 2010, un nouveau district apparait sur la presqu’île de Thu Thiem, avec banques, grands hôtels et centres commerciaux. La ville, qui compte plus de 10 millions d’habitants, se transforme à vue d’œil, et un métro est actuellement en projet. Ce matin nous allons visiter en car et à pied le Musée d’Histoire du Vietnam, ainsi que la Poste centrale, situé au cœur de la ville. Conçue par Gustave Eiffel, elle est devenue un symbole architectural, comme la fameuse cathédrale Notre-Dame située juste à côté. Sur la façade de la Poste sont gravés, à la feuille d’or, des noms de personnages illustres de la fin du XIXe siècle. Mais le plus frappant est certainement l’horloge géante aussi vieille que l’édifice et qui fonctionne toujours parfaitement aujourd’hui ! Mais revenons au Musée. Autrefois, ce musée s’appelait Musée Blanchard de La Brosse, puis de 1956 à 1979, Musée national du Viêt Nam à Saïgon. Ces nombreuses salles présentent au public des collections réparties de la période préhistorique à la dynastie Nguyen en passant par toutes les époques. Nous terminons notre matinée par la visite d’une fabrique de laques, qui n’a pas laissé indifférent certains d’entre nous.

Après notre déjeuner sur le bateau, guidés toujours par Nac, nous partons pour une visite au Marché central Ben Thanh où un peu de temps libre nous permet de faire quelques achats de souvenirs. A 15h30, tout le monde est sur le bateau pour notre première navigation, direction My Tho. Nous profitons d’un panorama exceptionnel le long des rivières Nha, Soai Rap et Vam Co. A 17h30, exercice de sauvetage obligatoire pour tous les passagers. Nous enfilons nos gilets de sauvetage et direction le Pont soleil où des consignes de sécurité nous sont données. Tous les soirs, avant le repas du soir, Hélène nous informe de la journée du lendemain et le barmen nous propose le cocktail du jour. Après le diner, un film nous est présenté et ce soir il s’agit d’ « Un Américain bien tranquille », d’après le roman de Graham Greene avec Michael Caine.

IMG_7061.JPGMardi 16 février : 5h30. Le RV Indochine appareille pour My Tho. Après notre petit déjeuner, Nac, notre guide, nous commente le passage de l’Indochine sur le Canal de Cho Gao et à 8h15, nous partons pour une excursion en sampan. Chaque jour, des milliers de barges remplies de sable suivent des jonques que les hommes manœuvrent avec nonchalance alors que les femmes cuisinent et les enfants dorment sur des hamacs au milieu des amas de fruits bien de chez eux. Nous faisons quelques haltes pour visiter une ferme d’apiculture où nous dégustons du thé au miel, puis des fruits de saison au son de la musique traditionnelle. Nous naviguons dans les arroyos et rejoignons l’Indochine qui vient d’appareiller pour Caï Be. Après notre déjeuner sur le bateau, nous partons pour l’excursion à bord d’un petit bateau à travers les canaux et les vergers pour atteindre la maison de Ba Duc où nous apprenons les techniques artisanales de fabrication de riz soufflé et des galettes de riz utilisées pour les Nems. Nous nous dirigeons vers Vinh Long où toute la vie des Vietnamiens s’organise autour de l’eau. Enfin, notre après-midi se termine par la visite d’une briqueterie en traversant l’île de Binh Hoa Phuoc située entre le Mékong et la rivière Co Chien. Nous reprenons l’Indochine à Vinh Long en direction de Sa Dec. Ce soir, c’est le film « L’Amant » que nous avons le plaisir de visionner, d’après leIMG_7182.JPG roman de Marguerite Duras avec la superbe Jane March et le très beau Tony Leung.

Mercredi 17 février : 5h30. Réveil très matinal par le gong, car à 7 heures nous partons en petit bateau pour le marché de Sa Dec qui regorge de poissons gigotant dans des bacs, des légumes, des fruits, des pousses de bambous, tout ceci dans une atmosphère exotique et très colorée et odorante. La promenade dans le marché nous conduit dans l’ancienne demeure de la famille de Huyn Thuy Lê, le fameux amant de la romancière française Marguerite Duras. Retour matinal sur l’Indochine pour une conférence de Nac sur le Vietnam, ses coutumes et la vie quotidienne. Après le déjeuner, nous partons découvrir des centaines de piscicultures habitant des maisons flottantes. IMG_7136.JPGSur un des pontons, le maître des lieux nous ouvre une trappe pour verser de la nourriture et un bouillonnement jaillit de milliers de poissons chats et tilapias qui pullulent dans le fleuve. Nous continuons la visite en minibus pour visiter les temples Ba-Chua-Xu et la pagode Tay An. Nous passons la nuit au port de Chaudoc, à la frontière cambodgienne, avant la projection du film « L’odeur de la papaye verte », caméra d’or au Festival de Cannes en 1933.

Jeudi 18 février : Nous quittons le Vietnam pour la Cambodge. Durant une longue procédure pour les formalités douanières, Hélène nous fait visiter la passerelle du RV Indochine devant la timonerie. Comme une grande partie de la journée est consacrée à la navigation, nous profitons d’une démonstration de sculptures sur fruits faite par le chef cuisinier, M. Tet, et une démonstration de pliage de serviettes par les serveuses du restaurant. A 14h30, la projection du film « Indochine » nous est proposée. C’est un plaisir de revoir la ravissante Catherine Deneuve dans une tranche de l’histoire de l’Indochine française des années 1920-1950 à travers une famille exploitant des plantations d’hévéas. C’est en 1954, par les Accords de Genève qu’a pris fin la présence française en Indochine. Nous approchons de Phnom Penh et le Mékong devient plus grand pour accueillir la ville fondée à la confluence de quatre fleuves. Après ces années de guerre civile, la capitale vibre à nouveau de grosses voitures rutilantes, de marchés bouillonnants et de bars très bruyants. Nous découvrons cette cité par une promenade en tuk tuk pour une première orientation de la capitale qui s’illumine. Projection du film « Holy Lola » de Bertrand Tavernier pour ceux qui veulent rester sur le bateau et possibilité d’une promenade sur les quais ou dans un marché de nuit.

IMG_7425.JPG

Vendredi 19 février : nous avons quitté Nac, notre guide Vietnamien à la frontière, et nous accueillons maintenant Sonnyvath, notre nouveau guide cambodgien. Avec lui, nous commençons notre journée par la visite du fabuleux Palais royal et sa pagode d’argent, puis du Musée nationale. Notre déjeuner se passe au restaurant local « Le Titanic » sur les rives du fleuve Mékong. Après notre déjeuner, Sonny nous conduit à l’ancienne prison « S21 », mémorial du génocide des Kmers rouges, moments très durs et dont notre douloureuse émotion ne peut se contenir. Retour sur le bateau pour assister à un spectacle de danse « Apsara » donné par des danseurs et musiciens venant d’un orphelinat. Après le repas du soir, projection du film « Le temps des aveux » d’après le roman de François Bizot.

 Samedi 20 février : le RV Indochine quitte Phnom Penh pour Koh Chen. Après le petit déjeuner, nous partons pour une excursion dans le village de Koh Chen, dont les habitants travaillent le cuivre gravé et argenté. Nous avons le plaisir également de visiter une petite école privée et assister à un petit cours alphabétique de leur langue. Après notre déjeuner, l’Indochine nous mène jusqu’à Kampong Tralach où des chars à bœufs nous attendent pour une promenade jusqu’à la pagode Wat Kampong Tralag Leu. Etape incontournable des croisières sur le Mékong, la pagode datant du XIXe siècle est située au milieu des rizières. Retour au bateau et navigation jusqu’à Kampong Prasath. Après le diner, nous pouvons visionner le fil, P1220314.JPGde Jean-Jacques Annaud « Les deux frères ».

Dimance 21 février : Départ pour l’excursion de la ville Kampong Chhnang dont la vie s’organise autour de la pêche et ce, depuis l’époque de la colonisation française. C’est en petit bateau que nous traversons le village flottant pour arriver au débarcadère où des minibus nous conduisent vers un village réputé pour sa poterie utilitaire. Nous découvrons également la récolte des fruits du palmier à sucre. Cette récolte est assez surprenante et sportive, car elle s’effectue par des hommes très agiles qui grâce à la force de leurs bras et pieds grimpent jusqu’au sommet des palmiers. Retour sur notre bateau pour le cocktail de l’au revoir, mais nous visionnons le documentaire « Les chiffonniers de Phom Penh » qui, dans un silence douloureux, nous arrache les larmes. Les images sont si fortes, si pénibles, si impensables, car nous ne pouvons imaginer que cela ait exister et ce n’est pas si loin que cela. Des enfants de 3 à 12 ans vivant dans la décharge de Phnom Pehn, au milieu d'excréments, de rats, de cafards, de bêtes nuisibles, essayant de trouver de la nourriture pour survivre, petits vendeurs de rue, souvent victimes de maltraitance, de trafic, de viol, sans soins, sans école.... Fort heureusement, un couple de français, sensibilisé par cette grande misère, par l'horreur de cette décharge, a créé en 1995 l'association PSE : www.site-pse.org pour venir en aide à ces enfants. Aujourd'hui, grâce au magnifique élan de solidarité en France et ailleurs, le Cambodge se développe mais des enfants et des familles n'en profitent pas encore. Pourtant, il y a peu d'endroits dans le monde où l'on assiste aussi brillamment à la transformation de petits chiffonniers en écoliers.... pour une vie meilleure et féconde. Notre soirée se termine par le diner de l’au revoir qui, comme tous les repas que nous avons eus sur le bateau, est excellent.  

P1220374.JPG

Lundi 22 février : réveil par la douce musique du gong à 5h30 pour un débarquement à 6h30. Nous quittons le Mékong pour un long trajet en car, destination Siem Reap, en longeant le plus grand lac d’eau douce d’Asie du sud-est, Tonlé Sap. Arrivée au port de Siem Reap, nous sommes accueillis par un nouveau guide, Sam, qui après le déjeuner, nous conduit vers une des merveilles du monde : Angkor qui est l’un des sites les plus visités au monde, avec deux millions de touristes chaque année. Cet après-midi, nous visitons Angkor Wat, chef d’œuvre de l’architecture kmer. C’est le plus célèbre et le plus imposant de tous les monuments d’Angkor, dont les cinq tours, sont devenues l’emblême « frappé » sur le drapeau cambodgien. Construit pour honorer Vishnou, Angkor Vat est dédié ensuite à Bouddha. C’est la raison pour laquelle Angkor Vat est un lieu de pèlerinage bouddhiste. Retour à l’hôtel et diner.

P1220481.JPG

Mardi 23 février : nous partons très tôt de l’hôtel pour la visite du Temple de Banteay Srei, joyau de l’art classique Kmer, car la chaleur commence à être difficilement supportable. Au retour nous arrêtons dans un village pour visiter le temple de Ta Prohm, datant de 1186, dédié à la mère de Jayavarman. L’après-midi est libre pour se prélasser dans la piscine ou flâner dans les rues de Siem Reap. Le soir, nous assistons à un diner-spectacle de danses royales khmères et profitons de la soirée pour visiter le marché de nuit.

Mercredi 24 février : départ matinal pour l’exploration d’Angkor Thom, vaste ensemble architectural auquel on accède par cinq portes monumentales. Flânerie dans l’enceinte de l’ancien Palais royal où se trouve le sanctuaire de Phimeanakas, puis découverte de la terrasse des Eléphants et de celle du Roi lépreux. L’après-midi est libre pour profiter encore de la piscine.

P1220498.JPG

Jeudi 25 février : visite des senteurs d’Angkor, tout l’art ancien du tressage dans cette manufacture où l’on fabrique des bougies, des savons et où l’on prépare des épices. Et enfin, visite des ateliers des « Artisans d’Angkor », lieu de préservation de l’identité khmère dans les domaines de la sculpture sur bois et sur pierre. Après-midi libre pour flâner une dernière fois dans les rues de Siem Reap. Transfert dans la soirée à l’aéroport pour vol de ligne à destination de Genève, avec changement à Bangkok et Doha.

Michèle Paoli

Responsable des voyages-lecteurs

Nous en avons rêvé, nous l’avons fait ! Pour ceux qui en rêveraient, une deuxième croisière est prévue du 29 octobre au 10 novembre 2016. Renseignement auprès de michele-paoli@tamedia.ch.

Retour_Mekong_TG.jpg

 

 

 

Les commentaires sont fermés.