30/07/2015

CIRCUIT EN SUISSE

CIRCUIT EN SUISSE

du 12 au 19 juillet 2015

de Michèle Paoli


P1180687.JPG

 

Nous étions trente-six lecteurs de la «Tribune de Genève » et de « 24 heures » à avoir choisi de partir en vacances avec le « Club Voyages »;  non pas à l’étranger, mais dans notre beau pays la Suisse. Cette escapade nous a fait vivre de grands moments d’ouest en est, du nord au sud, en passant par la Suisse centrale. Vingt-un cantons de traversés, 1'700 kilomètres de parcourus, nous avons été les invités d’une Suisse authentique et traditionnelle.

 

Dimanche 12 juillet : dans un car très confortable, conduit par un  sympathique chauffeur, Jean-Paul, nous commençons notre circuit avec un arrêt à Treiten situé entre les lacs de Neuchâtel et de Bienne, région qualifiée de plus grand « jardin de légumes de Suisse ». Nous sommes accueillis dans une jolie ferme avec du café, du thé et la traditionnelle tresse accompagnée d’une branche de chocolat. Départ ensuite pour Bienne pour une jolie croisière-repas sur l’Aar en direction de Soleure. Ce sont des moments privilégiés qui nous permettent de faire plus ample connaissance tout en découvrant le romantisme des rives naturelles de l’Aar. A Altreu et à Büren, petite ville fleurie, nous admirons les cigognes surP1180536.JPG les toits des maisons ou sur la cime des arbres. Quelques écluses à passer et nous arrivons à Soleure dans le courant de l’après-midi pour une visite guidée de la ville. Arrivés à l’hôtel, nous nous rejoignons tous sur la terrasse pour le traditionnel cocktail de bienvenue sous un magnifique soleil, avec un vent quelque peu perfide, car les parasols, pourtant bien ancrés au sol, ont failli nous « assommer »…..

 

P1180575.JPG

 

Lundi 13 juillet : nous partons pour Niederbuchsiten pour une visite à la société « Jura world of Coffee », unique en Europe. Nous sommes plongés dans l’univers merveilleux du café et nous nous laissons transporter par des structures, des effets de lumière, des univers sonores et des projections fantastiques liés au monde du café. A la fin de la visite, Roger IMG_5165.JPGFederer, ambassadeur de la marque Jura, star mondiale et notre idole à tous, nous attendait pour une photo à ses côtés sur le gazon de Wimbledon. Oui, oui, c’est vrai ! Les photos nous le confirment…. Nous continuons notre course par une promenade dans le parc de Münchenstein et d’aucuns, installés sur des chaises longues, sirotant un « Spritz », contemplent un vol de zeppelin, aérostat de type dirigeable rigide, sous le logo de « Edelweiss ». Après un agréable déjeuner, nous partons pour Bâle pour une visite en car et ensuite temps libre pour admirer la vieille ville bâloise traversée par le Rhin. La grande place du marché, son Hôtel de ville en grès rose ainsi que la cathédrale de style roman tardif et gothique constituent les symboles historiques de la ville. Retour à Soleure en fin d’après-midi.

P1180592.JPG

 

Mardi 14 juillet : nous quittons Soleure pour l’une des plus belles montagnes de Suisse : la Jungfrau. Cette magnifique région est située au cœur de la Suisse, dans l’Oberland bernois, au pied de la triade formée par l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau, laquelle jouit d’une P1180659.JPGrenommée mondiale. Arrivée à Lauterbrunnen, nous prenons le petit train à crémaillère le plus long du monde, le « Wengernalpbahn », reliant les localités de Grindelwald à la gare alpine de la Kleine Scheidegg, terminus de notre balade. Après notre déjeuner, rassemblement face aux trois sommets, pour la traditionnelle photo de famille. Promenade sur les chemins, et descente à nouveau en petit train jusqu’à Grindelwald. Temps libre pour visiter cette bourgade dont l’affluence des touristes nous laisse pantois à cause de l’origine de ceux-ci… Japonais ! Uniquement japonais ! Les cartes des restaurants sont en japonais, les magasins affichent la langue japonaise, bref ils adorent ce magnifique village très typique et tellement beau… Mais ce n’est pas l’unique ! Nous partons ensuite pour Interlaken et c’est la même histoire. Touristes asiatiques, principalement japonais, visitent comme nous la belle ville d’Interlaken avec son lac, ses magasins et ses beaux hôtels. C’est vrai que la commune vit principalement du tourisme, que ce soit en hiver avec l'industrie du ski, et l'été avec la randonnée pédestre et la venue de touristes venus admirer le décor de montagne. Les origines du tourisme remontent au xixe siècle, à l'époque où les premières tentatives furent entreprises pour rendre la montagne plus accessible aux voyageurs. Nuit à Interlaken.

P1180664.JPG

Mercredi 15 juillet : Départ pour Hergiswil sur le bord du lac des Quatre-Cantons en passant par le lac de Brienz et le col du Brunig. Nous faisons une halte, plutôt une visite, au musée de la verrerie « Glasi Hergiswil, comme étant l’un des plus beaux musées d’Europe, dixit le Conseil de l’Europe. Le musée « formé par le feu, retrace l’histoire du verre et de la verrerie Glasi Hergiswil ». Il nous conduit dans un labyrinthe de sons et de lumière qui nous dévoile les coulisses du travail du verre. Ce musée est un film déambulatoire, un théâtre forain, une cabine de curiosités, une machine à remonter le temps. Après ces moments de magie, notre car, conduit toujours par notre chauffeur, Jean-Paul, nous emmène pour Alpnachstad, petit bourg d’où part le train à crémaillère le plus raide du monde en direction du Mont Pilatus. Le Mont Pilatus est un massif montagneux constituant pour la ville de P1180751.JPGLucerne une attraction touristique. Une fois arrivés au sommet, nous admirons le panorama exceptionnel qui s’offre à nous sur la région du lac des Quatre-Cantons . Il fait un temps exceptionnel et je suis toujours convaincue que le climat comme nous avons cette semaine est un élément important pour la réussite d’un voyage. Excellent déjeuner à l’hôtel Pilatus Kulm, temps libre après le repas pour se promener et c’est remplis d’un air vivifiant que nous entamons la descente à bord du nouveau téléphérique mis en service au printemps de cette année. Arrivés à Kriens en télécabines (après le téléphérique), nous rejoignons notre car qui nous conduit à Lucerne. On dit que la Suisse est concentrée à Lucerne, car tous les avantages de notre pays s'y trouvent réunis : la ville - le lac - les montagnes. Lucerne est située sur le bord du lac des Quatre-Cantons de part et d'autre de la Reuss, au pied des Alpes suisses. Elle possède plusieurs ponts couverts, en bois, dont le Kapellbrücke, devenu indissociable de la cité. Après une belle promenade ou un arrêt dans les différents cafés – il fait très chaud et c’est bon de se désaltérer – nous partons pour Zürich, où il est prévu que nous passions trois nuits. Le Swissotel Zürich est l’hôtel le plus haut de Zürich, et est situé juste en face de la gare ferroviaire d’Oerlikon, entre l’aéroport de Zürich et le centre-ville. Eh bien, on s’en souviendra de notre arrivée ! Surtout Jean-Paul, notre chauffeur ! Des sens uniques, des travaux, des rebrousse chemins, des sens interdits, bref tout pour nous empêcher, malgré trois GPS, d’y accéder… Pauvre Jean-Paul, il garde son sang-froid, son humour, mais nous voyons bien qu’il est très fatigué et qu’il serait bon d’arriver à l’hôtel pour profiter de la piscine et du spa. Ouf, après près de deux heures, nous y sommes, et nous pouvons, chacun de notre côté, nous adonner à nos envies.

FullSizeRender.jpg

Jeudi 16 juillet : Visite de la ville de Zürich. C’est vrai que cette ville jouit d’une situation privilégiée au centre de l’Europe et au cœur de la Suisse, à l’extrémité nord du lac. L’ambiance multiculturelle ainsi que des offres de loisirs quasiment illimitées – sans oublier les banques – attirent des hôtes du monde entier dans une région où tout est à portée de main. Après une visite guidée et un déjeuner libre, nous rejoignons le car pour nous rendre à Schwyz pour la visite du Musée National Suisse. Divisés en deux groupes, nous découvrons le Forum de l’histoire suisse et d’importants actes constitutifs de la Confédération helvétique. Une charmante guide nous explique l’histoire de la Suisse en nous signifiant entre autres que - il est fort possible - Guillaume Tell ne soit qu’une légende…. Retour à Zürich pour une soirée et un diner selon nos envies.

Vendredi 17 juillet : Appenzell ! Qui n’a pas vu de visu ou par carte postale Appenzell, reflet P1180876.JPGd’une Suisse aux traditions rurales, comme la descente des alpages, ses particularités culturelles comme la musique et les danses folkloriques, ses charmantes ruelles fleuries, ses maisons aux façades joliment peintes, caractéristiques de la ville, son fromage et l’ « Appenzeller Alpenbitter », boisson alcoolisée, authentiquement suisse, composée de 42 plantes dont la recette est secrètement gardée depuis plus de 111 ans. Nous avons eu la chance de voir tout cela. D’abord, par la visite de l’Herboristerie P1180844.JPGAlpenbitter et aussi par la dégustation de plusieurs breuvages, les uns plus succulents que les autres. Et ensuite, temps libre pour un déjeuner au choix et la possibilité de déambuler dans ces ravissantes petites rues.  Après ces agréables moments,  nous nous dirigeons vers notre car pour nous rendre à Saint-Gall, métropole à taille humaine de la Suisse orientale, située entre le lac de Constance et le pays d’Appenzell. Visite de la cathédrale, érigée entre 1755 et 1767, et de la bibliothèque abbatiale  comptant parmi les plus anciennes et les plus belles du monde.

P1180894.JPG

En effet, dès le VIIIe siècle, l’Abbaye de Saint-Gall disposait déjà d’une importante collection d’ouvrages qui a rapidement augmenté par la suite. Actuellement elle possède plus de 170'000 ouvrages, dont une impressionnante collection de manuscrits originaux datant du haut Moyen âge. Cette institution est connue dans le monde entier et possède aussi plus de 400 volumes millénaires. Après notre visite, une soirée surprise nous attend. Nous sommes plongés dans un univers magique, un univers d’un autre temps, à Teufen, commune du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures. Accueillis par les hôtesses de la ferme-restaurant, au milieu des poneys, des chèvres, des cochons, des poules, nous nous retrouvons, assis à plusieurs tables, pour un repas pantagruélique et délicieux. Très belle soirée que celle-ci !

P1180938.JPG

Samedi 18 juillet : Nous quittons Zürich en longeant son lac, puis celui de Walensee, avant d’arriver à Murg-Ost situé au bord du lac pour prendre le bateau et nous rendre à Quitten, P1180996.JPGseul village accessible par bateau uniquement. Arrivés dans ce tout petit hameau, 40 habitants à l’année, nous faisons une dégustation à la cave Markus de trois vins provenant de leurs vignes de 7 hectares. Après notre déjeuner et une petite promenade sur l’unique chemin, nous reprenons le bateau pour Weesen, où nous attend Jean-Paul pour nous conduire à Maienfeld, visiter la maison d’Heidi, avant de poursuivre sur Coire.

 

 

P1190078.JPG

Dimanche 19 juillet : Coire ! Plus ancienne ville de Suisse, où 5000 ans d’histoire sont visibles. A pied, avec une guide, nous déambulons à travers le centre-ville et les ruelles P1190067.JPG

tortueuses de la vieille ville jusqu’à la cathédrale construite il y a 800 ans. C’est le dernier jour de notre magnifique périple à travers ce beau pays qu’est la Suisse. Non, nous n’allons pas reprendre le car. Nous ne partons pas non plus à pied. Nous montons dans le train mythique, le Glacier Express. Confort, détente, excellent repas, ce voyage dans le Glacier Express nous réjouit. Nous traversons des paysages de montagnes intacts, des stations mondaines, des gorges vertigineuses et de charmantes vallées. 91 tunnels et 291 ponts majestueux, voilà tout ce que nous vivons le dernier jour de notre voyage.

P1190113.JPG

Arrivés à Brig, dernière station, notre chauffeur, toujours précis et très ponctuel, nous ramène dans notre Suisse romande où nous allons retrouver nos familles et notre train-train quotidien. Mais quelle belle aventure ! Merci à vous tous pour votre agréable participation, votre bonne humeur, merci à Jean-Paul pour sa disponibilité et sa conduite parfaite, et merci à l’agence Thomas Marti Voyages, respectivement Joël Pittet, pour nous avoir offert de si belles choses. On s’en souviendra et qui sait ! On y reviendra ! Michèle Paoli.

 

Les commentaires sont fermés.