29/03/2015

PATAGONIE - Chili-Argentive

VOYAGE EN PATAGONIE

Chili - Argentine - février 2015

Par Alain BOSSU


PREMIER GROUPE : du 5 au 17 février 2015

P1160298.JPG

 

DSC_1067.JPG

DEUXIEME GROUPE : du 19 février au 3 mars

P1160657.JPG

INTRODUCTION

Ils l’ont fait! Ils sont partis à la découverte d’une terre mythique au bout du monde: la Patagonie. Appelée «Grand Sud», cette terre lointaine, faite de steppes arides balayées par des vents violents, avec des routes solitaires offrant des massifs parmi les plus spectaculaires de la planète, comme celui du Fitz Roy, des glaciers aux langues bleutées se jetant dans des lacs, comme le glacier Perito Moreno… regorge de paysages époustouflants, étourdissants, extraordinaires, magnifiques! La liste des synonymes pourrait être très longue, tant ce voyage en Patagonie laissera un souvenir impérissable à plus de trente lecteurs qui ont eu la chance de vivre des jours merveilleux «al fin del mundo», sans oublier la journée dans une estancia avec moutons, chevaux et « brasero »... M.P.

 

P1160610.JPG

Compte-rendu du 2e voyage par Alain Bossu

Parfois, il suffit d’un peu de chance, comprenez de soleil, pour que les paysages prennent une dimension qui ouvre les portes de l’extraordinaire. Et ce deuxième groupe Voyage lecteurs Tribune de Genève/24Heures en Patagonie argentine et chilienne n’en a pas manqué.

Deux semaines de soleil, et même avec un vent parfois très violent, voilà qui relève en effet de l’exploit dans une région où il pleut et neige 200 jours par an. Deux semaines qui débutent par de terribles secousses en parcourant le musée de la Mémoire et la terrible période Pinochet. Chili… con carnage ! Mais deux semaines qui se terminent aussi en beauté au Café de los Angelitos par un superbe spectacle de tango à Buenos-Aires.

Entre les deux, les jours ont été vécus pleinement, entre steppes et montagnes, lacs et fjords, moutons et condors. Le guide Alexandre Joly (d’origine lyonnaise) fut alors un expert qui a su faire aimer des terres que l’on pourrait juger hostiles et qui, au contraire, offrent tant de trésors cachés.

Que retenir alors en priorité alors que tant de noms de villes ou de sommets sont nés de la magie, de la mémoire collective, de l’Histoire de l’Aéropostale ? Ici, la ville chilienne de Punta Arenas qui tutoie le détroit de Magellan et qui fut bout de la ligne argentine créée par Saint-Exupéry. Là, Puerto Natales au bord du fjord de la… Ultima Esperanza !

Défilent alors les légendes de l’aviation de ces temps-là : Saint-Ex, Mermoz et Guillaumet sont désormais des aiguilles immortelles qui donnent une dimension si particulière au très attendu Fitz Roy (3405 m). Il se dresse droit devant. Déjà, nous l’avons aperçu depuis le village d’El Chalten, au petit matin avant le lever du soleil, signe d’une belle journée confortée par la randonnée pédestre jusqu’au lac Capri ou, pour les adeptes de la version longue – et ils ne l’ont pas regrettée – en direction des lacs Madre et Hijas qui permet de s’approcher davantage encore pour mieux faire entrer dans ce fabuleux décor la flèche granitique du Cerro Torre.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Le craquement sourd des glaciers pousse peu à peu des blocs à se jeter dans les eaux froides et à devenir icebergs. Le vent, maître absolu des lieux, fait danser d’extraordinaires nuages dans le parc national Torres del Paine ou au bord du lac Argentino. Nul doute que ces nuages de Patagonie sont un voyage au cœur du voyage.

Certains gardent en mémoire le lac Grey et ses immenses glaciers. D’autres préfèrent peut-être la navigation depuis Puerto Bandera sur le lac Argentino puis, après la bouche du Diable, le front du glacier Upsala qui repose sur l’eau et, surtout, le glacier suspendu Spegazzini. Sans oublier, même si cela ne relève évidemment pas de la même émotion, le rituel de la tonte d’un mouton… pour l’exemple.

Il faut donc quelques jours pour remettre ses idées en place, pour tenter des priorités, pour laisser parler l’émotion ou la chronologie. Et si, finalement, c’était le groupe tout entier qui s’était mis au diapason d’une nature aussi belle qu’implacable…

P1160390.JPG

Facebook : clubvoyagesTdg24h

 

 

 

Les commentaires sont fermés.