19/09/2013

BONNE HUMEUR DANS LA VALLEE ET LES CHATEAUX DE LA LOIRE

Le récit du voyage

 par Michèle Paoli


 

C’est dans une ambiance fort sympathique que le fleuve royal a ouvert les portes de ses châteaux à près de 60 lecteurs de votre journal, répartis en deux groupes. Une semaine pour se plonger au cœur de la Renaissance, vivre, le temps d’une rêverie, la vie des Rois et des Reines, flâner dans des jardins extraordinaires, savourer le nectar des vignobles de Touraine comme le fit la Cour de France ; mais aussi, survoler le château d’Amboise dans une montgolfière, traverser les rues pavées de la ville de Blois en calèche, visiter la ville de Tours dans le petit train touristique, admirer le Cadre noir de Saumur, arpenter les rues d’antan d’un village troglodyte, naviguer sur le Cher aux portes de Chenonceau ; et encore, faire des haltes – avec musique svp… -  dans des parcs pour partager des pique-nique et déguster quelques bons vins de la Loire…

IMG_0850.JPG

 

IMAG0769.jpg

Premier jour : départ d’Echallens tôt le matin, passage à Lausanne pour prendre les Vaudois, puis à Genève pour prendre les Genevois et nous voilà partis pour une semaine dans une très belle région de France, la vallée de la Loire. C’est Christophe qui nous accompagne. C’est un « élément » de réussite de notre voyage. Bonhomie, gentillesse, professionnalisme, humour, ce sont toutes ces qualités qui font l’homme, et cet homme, c’est notre chauffeur, notre coordonateur, notre guide qui va « officier » toute la semaine pour qu’elle nous soit la plus agréable possible. Merci Christophe !

Arrêt café-croissant sur l’autoroute, puis continuation en direction du château de Chambord. Il est d’usage, dans tous les voyages avec « Thomas Marti Voyages », de partager le verre de l’amitié entre nous (non, non Christophe t’y a pas droit…) et en savourant des spécialités vaudoises « les taillés aux greubons ». Donc, aidée par Jean-Pierre, sympathique et grand gaillard habitué des voyages TDG/24h, nous organisons un apéritif dans le car, ballotés par le moteur du véhicule. Ca y est ! L’ambiance commence à se créer. Le repas de midi est libre dans un restoroute, pas terrible c’est vrai…

Château de Chambord.JPGNous arrivons aux alentours de 16 heures devant les portes du majestueux château de Chambord. Pas de visite à l’intérieur, mais une belle promenade dans le parc où nous pouvons admirer les façades de ce bel édifice. « Au cœur du plus grand parc forestier clos d'Europe, Chambord, rêve d'un jeune roi et merveille de la Renaissance, est le plus vaste des châteaux de la Loire. Il bénéficie d'un jardin d'agrément et d'un parc de chasse classés Monuments historiques. En 1516, François Ier, roi de France depuis 1515, revient d'Italie avec Léonard de Vinci. Il désire réaliser un grand édifice dans le style de la Renaissance italienne ».

« La résidence de chasse choisie par François Ier en 1519 se transforme rapidement en une immense création architecturale d'une haute ambition, une nouvelle « merveille du monde » destinée à immortaliser son constructeur, François Ier, le « prince architecte ».

Après une petite demi-heure de promenade, nous reprenons la route pour Tours, classée Ville d'Art et d'Histoire. Notre hôtel, « Château Belmont », situé à une centaine d’encablures du centre, nous accueille et nous laisse à penser d’un seul coup d’œil que notre séjour dans ce bel établissement sera un grand plaisir. L’accueil est charmant, les chambres sont très belles et rien n’est laissé au hasard pour que nous nous y sentions bien. Hélas, notre circuit est si intense que nous ne pourrons pas trop profiter de toutes les installations. Mais ne sommes-nous pas dans cette région pour la visiter et visiter les châteaux ?

 

_MG_0532.JPG

Le 2e jour va nous conduire au Château de Cheverny pour une visite guidée. La découverte du « Domaine de Cheverny, qui se trouve au cœur d'un vaste domaine forestier, est aussi belle extérieure qu'intérieure. Dès notre entrée dans l’édifice,  nous sommes frappés par l'escalier d'honneur de style classique, qui s'offre à nos yeux. La salle à manger se caractérise par 34 panneaux de bois peints attribués à Jean Monier, qui retracent l'histoire de Don Quichotte (le héros de Cervantès). A l'étage, une longue galerie dessert plusieurs pièces, avec tout d'abord la chambre jaune, dite chambre des naissances. Magnifiquement meublée, elle permettait aux jeunes mères de la famille de présenter leurs nouveaux nés à leurs proches. Un petit boudoir rouge, avec secrétaire et canapé, sépare cette chambre de la chambre d'enfant, caractérisé par ses jouets en bois. Puis vient la chambre des mariés, reconnaissable à la robe blanche qui jouxte le lit conjugal. S'ensuivent les pièces à vivre avec un petit salon et une salle à manger familiale, dont la table est majestueusement dressée d'une vaisselle étincelante. Dans la seconde aile, nous découvrons tout d'abord la salle d'armes. La magnifique tapisserie des Gobelins ainsi que la cheminée avec ses motifs peints et restaurés à la feuille d'or rehaussent la décoration feutrée de cette pièce. La chambre du Roi comporte une cheminée dorée à l'or et s'avère richement décorées avec ses cinq tapisseries issues de la manufacture de Paris, ses lambris et son plafond à caissons, tous deux ornés de peintures mythologiques. Enfin, nous avons pu admirer le somptueux lit à baldaquins recouvert de broderies persanes dans lequel a dormi le Roi Henri IV. Dans la dernière aile, nous traversons le vestibule, dont le décor rappelle que Cheverny a de tout temps été un haut de lieu de chasse à courre. Le grand salon, restauré au XIXe siècle, s'inspire du décor d'origine, avec son mobilier Louis XIV. Des portraits rendent hommage aux premiers Comtes de Cheverny et à tous les grands hommes liés à l'histoire du domaine. Une galerie nous mène ensuite au petit salon et à la bibliothèque qui conserve quant à elle 2’000 ouvrages anciens, pour certains frappés aux armoiries de la famille. Enfin, nous terminons par le salon des tapisseries qui clôture la  découverte du château. Ses cinq tapisseries du XVIIe siècle sont issues d'ateliers flamands. Autre curiosité, un régulateur d'époque Louis XV se dresse fièrement à la sortie du salon. Décoré de bronzes ciselés par Caffiéri, il servait d'horloge de précision pour régler les différentes horloges du château et fonctionne toujours.

_MG_0534.JPG

 

Hors du château, nous pouvons visiter l'Orangerie, qui sert actuellement aux réceptions. Et en déambulant dans le jardin d’ornement, nous découvrons des chenils avec une centaine de superbes chiens servant à la chasse à courre. Enfin, l'exposition Tintin, dite "Secrets de Moulinsart", donne un petit air insolite et enfantin à la découverte du Domaine de Cheverny. Réalisé par la fondation Hergé en partenariat avec le Domaine de Cheverny, ce petit musée interactif nous plonge dans les aventures du jeune reporter belge imaginé par Hergé ».

Notre déjeuner se déroule à l’Auberge du Centre de Chitenay, superbe bâtisse située au sud de Blois.

 

_MG_0541.JPG

 

_MG_0553.JPGL’après-midi est consacré à la visite du parc des mini-châteaux. A notre arrivée, Frère Lagourdasse, vêtu d’une robe de moine, cheveux gominés relevés sur les côté et raie au milieu, accompagné de Dame Charlotte, nous accueille et nous conduit dans le magnifique parc paysager pour la visite d’un concentré des plus beaux châteaux, en miniature, de la Loire. Une balade pas à pas, un arrêt devant chaque reproduction et, choisissant quelques uns d’entre-nous pour nous faire vivre quelques scènes de l’époque. De bons moments délicieux, de grands éclats de rire et un voyage unique au cœur de l’histoire de la région Val de Loire…. dans une autre dimension !

Nous terminons la journée par la visite d’une cave avec dégustation de vin.

3e jour : départ pour la découverte et visite libre des célèbres jardins du château de Villandry.

 

_MG_0660.JPG

Chacun de notre côté, nous admirons Villandry qui doit sans conteste sa renommée internationale à l’ensemble exceptionnel de ses jardins en terrasses qui l’enserrent comme dans un écrin, des jardins à voir de haut depuis le belvédère, puis de près pour en apprécier tous les charmes et les subtilités.

Notre déjeuner se déroule dans la jolie cité de Chinon où, après nous être restaurés, nous assistons à une visite guidée de la forteresse médiévale de la ville. Un peu d’histoire : A la croisée de trois provinces : l’Anjou, le Poitou et la Touraine, l’éperon rocheux où se dresse la forteresse royale de Chinon est un site stratégique occupé dès l’antiquité et convoité de tout temps. C’est Henri II Plantagenêt, comte d’Anjou et roi d’Angleterre à partir de 1154, qui va donner à la forteresse sa silhouette actuelle. En plein cœur de la guerre de Cent ans, la légitimité de Charles VII en tant que futur roi de France est contestée. C’est dans ce contexte que la rencontre entre Jeanne d’Arc et le dauphin Charles a lieu à la forteresse en 1429. Cette rencontre mythique amorce un tournant décisif dans la guerre de Cent ans. Le déclin de la forteresse s’amorce au XVIIe siècle avec le Cardinal de Richelieu qui en est propriétaire ». Après les explications passionnantes de la guide, nous arpentons le parc et visitons en partie la forteresse ainsi qu’un petit musée dédiée à la pucelle d’Orléans.

En fin d’après-midi, nous visitons, à Rivarennes, un atelier de production de poires tapées à l’ancienne, spécialités de la région, pour terminer par une dégustation et, bien évidemment, quelques achats de poires, soit « tapées », soit en bocaux.

Le 4e jour nous conduit au Manoir du Clos Lucé et au Parc Leonardo est un des sites – à mon avis – les plus passionnants. « Ce château a été édifié en 1471 et fut acquis par Charles VIII en 1490 pour devenir pendant deux cents ans la demeure royale et résidence d’été des Rois de France. Louise de Savoie, régente de France, y vécut et éleva ses deux jeunes enfants, le bouillant Duc d’Angoulême, futur François 1er, et Marguerite de Navarre. Mais le plus grand, tout au moins par le génie, de ceux qui vécurent au Clos Lucé, fut Léonard de Vinci. Invité à résider en France par le roi François 1er, Léonard de Vinci s’y installe en 1516. C’est dans cette maison que Léonard de Vinci vécut heureux les trois dernières années de sa vie, peignant et travaillant à ses mille passions ».

_MG_0748.JPG

Le Jardin de Léonard, ainsi qu’est appelé le jardin du Clos Lucé, met en scènes les créations et les inventions majeures du génie. Au fil d’une promenade initiatique, nous suivons les sources d’inspiration de Léonard de Vinci de l’observation des phénomènes naturels aux projets d’invention. Notre déjeuner « Renaissance » a lieu au restaurant du Château dans une ambiance très festive.

Nous continuons notre après-midi en rejoignant le centre de Tours pour une visite commentée de la capitale de la Touraine en petit train touristique.

A la fin de la visite, d’aucuns continuent la découverte de Tours à pied, d’autres sont ramenés par

_MG_0788.JPG

Christophe à l’hôtel pour une fin d’après-midi de repos, quant à une dizaine d’entre-nous, nous partons à Amboise pour la belle aventure unique et magique : un vol en montgolfière. Arrivés au terrain de décollage, nous nous familiarisons à la technique de la montgolfière et assistons au spectacle impressionnant du gonflement. Sortie de son sac, l’enveloppe du ballon est dispersée sur le terrain et fixée à la nacelle. Un ventilateur propulse de l’air froid et ensuite c’est aux brûleurs que le pilote gonfle le ballon qui se soulève lentement pour atteindre sa position verticale d’envol. Une fois installés dans la nacelle et après le « lâcher tout », c’est à la vitesse du vent et dans une sensation de totale liberté que nous survolons le château d’Amboise et alentours. Il fait très chaud ! Non seulement, c’est la journée la plus chaude de notre voyage, mais  la chaleur qui se dégage des quatre brûleurs doit porter la température à plus de 40°. Notre site d’atterrissage est une prairie et c’est avec beaucoup de douceur que nous nous posons au sol, heureux et très excités par cette belle aventure. Une fois le ballon dégonflé, rangé dans son immense housse, la nacelle sur son véhicule, nous sommes invités à partager le verre de l’amitié, un Crémant de Loire, et à recevoir notre diplôme d’honneur d’aéronaute.

_MG_0777.JPG

 

Quelle belle fin de journée ! D’autant plus que nous la finissons dans un champ, avec musique s.v.p., pour nous sustenter d’un pique-nique préparé par l’hôtel.

IMG_0837.JPG5e jour : 10h.30. Nous pouvons ce matin faire une « petite grasse matinée », car Christophe nous conduits à Saumur, tout proche de Tours, pour visiter l’Ecole nationale d’équitation et le Cadre noir. Une jeune femme, attachée aux relations publiques, nous accueille et nous fait un excellent exposé sur l’école et le Cadre Noir. "Celui-ci regroupe aujourd'hui l'ensemble des professeurs de L'Ecole Nationale d'Equitation, au nombre de quarante-trois, ils forment les cadres civils de l'équitation, pratiquent la compétition, conduisent des activités de recherche, de documentation et de transmission de la tradition. C'est à travers leurs célèbres présentations qu'ils montrent leur savoir-faire dans les domaines qui concernent l'équitation sportive et classique”. Nous avons pu admirer de superbes chevaux dont un monté par  le Colonel Jean-Michel Faure, magnifique sur sa monture, qui a eu la gentillesse de nous faire une petite démonstration de travail.

Après notre déjeuner, nous nous rendons aux Caves de Bouvet Ladubay, site culturel « la Cathédrale engloutie » et découvrons toutes les étapes de la méthode traditionnelle, de la fermentation à l’habillage des bouteilles. Bien évidemment, une dégustation nous est offerte, suivie, pour d’aucuns, par l’achat de quelques cuvées.

IMG_0880.JPGNous finissons notre journée par la découverte et la visite d’un village troglodyte à Rochemenier. Après avoir franchi le porche, nous entrons dans la cour d’une première ferme et suivons les panneaux qui nous conduisent dans des granges, au cellier, à l’étable, la chambre à coucher, la salle des repas, une petite cour intérieure où s’abritaient les animaux. La 2e ferme nous conduits dans un autre cellier, une salle avec un immense four, une étable, une salle de veillée avec des bancs tout autour (j’ai imaginé les dames venant papoter et filer le coton…), une écurie, une ancienne chapelle et de nombreuses salles d’exposition. La structure de ces fermes date du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Il n’y a aucune grotte, ni aucune excavation naturelle. C’est uniquement le travail de l’homme. Les fermes ont été creusées les unes après les autres au fur et à mesure de l’accroissement de la population et de l’apparition de nouveaux besoins. A cette époque, les gens du peuple ne possédaient que leurs bras pour seule richesse et se sont mis à creuser les coteaux de tuffeau pour en faire leur cadre de vie et en extraire cette belle pierre calcaire qui sera utilisée pendant des siècles pour la construction des belles demeures et des châteaux de la Loire.

6e jour : Après notre petit-déjeuner, nous partons pour Chenonceau, propriété de la Couronne, puis résidence royale. « Le château de Chenonceau est un site exceptionnel, par sa conception originale, la richesse de ses collections, de son mobilier et de sa décoration, mais aussi par sa destinée, puisqu’il fut aimé, administré et protégé par des femmes, toutes hors du commun et qui, pour la plupart ont marqué l’histoire.

Château de Chenonceau.JPG

 

« Château des Dames » pour l’histoire de France, bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, embelli successivement par Diane de Poitiers et Catherine de Médicis, Chenonceau fut sauvé des rigueurs de la Révolution par Madame Dupin. Cette empreinte féminine est partout présente, le préservant des conflits et des guerres pour en faire depuis toujours un lieu de paix ».

Après notre déjeuner à l’Orangerie du château, nous faisons une croisière commentée sur le Cher, sans pour autant pouvoir passer sous les arches du somptueux château en raison du lit trop bas de la rivière. Dommage !

IMG_0990.JPGAprès notre croisière, nous nous dirigeons vers le village de Bourré, petit village pittoresque où on extrait depuis des siècles le tuffeau, pierre des châteaux, en créant ainsi un réseau souterrain de plus de 400km de galeries sur plusieurs étages. C’est dans cette immense cave des Roches que nous assistons à une visite guidée de la seule champignonnière en pleine activité agricole ouverte au tourisme.

7e jour : c’est notre dernier jour dans la région. La matinée est consacrée à la visite de la ville de Blois que nous découvrons en calèche tirée par des beaux chevaux de labour. Après avoir parcouru les rues pavées de la cité, nous faisons une pause chez la propriétaire des chevaux pour une dégustation de vins accompagnés de produits du terroir.

 

Château de Chaumont sur Loire.JPG

Après notre déjeuner, nous avons une visite libre du Festival du jardin de Chaumont-sur-Loire, création de parcelles horticoles qui change chaque année. Avant d'arrivée à l'hôtel, nous faisons une halte sur une aire de pique-nique pour partager quelques verres de bon vin d'Anjou accompagné de rillettes - que j'étale sur des toasts - et des rillons.

8e jour : C'est notre dernier jour de route, fatigués, heureux de rentrer dans nos chaumières, mais aussi très heureux de cette belle semaine.

Merci Christophe ! Et merci à vous tous et toutes d'avoir choisi le Club voyages pour ce beau voyage conçu par Thomas Marti Voyages.

 

IMG_0763.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

5e jour : (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.