10/02/2012

VIETNAM-CAMBODGE

Le récit du voyage

 

par Alain Bossu

 

Voyage du 28.10 au 11.11.2011.jpg

 

Voyage du 11 au 26 novembre 2011.jpg
Voyage du 16 janvier au 1er février.jpg

 



LA CONSCIENCE DE L'ASIE.... MAJEURE

29- moteur....JPGEt si tout commençait par une circulation intensive dans les faubourgs de Hanoi, avec des milliers de voitures, de fourgons et de motocyclettes qui transportent les deux parents et deux enfants, tous munis de casques colorés qui n'ont jamais protégé qui que ce soit.Et si tout se calmait avec un spectacle de marionnettes sur l'eau, avec la danse du dragon, le combat de buffles, la cueillette des noix de coco ou encore les fameux Quan Ho, ces chants liés à la cour amoureuse... Il faut dire qu'elle était merveilleusement belle, cette Vietnamienne du lendemain, posée telle une icône dans le Temple de la Littérature, à Hanoi.

Hanoi ? Le groupe Voyage lecteurs Tribune de Genève/24 Heures est arrivé dans la capitale du Vietnam le samedi 29 octobre après un vol de Qatar Airways au départ de Genève, via Doha et une courte escale à Bangkok. Le programme concocté par le spécialiste Lets Travel pouvait commencer. Qu'en retenir? Inutile ici de tourner les pages au quotidien, le calendrier ne fonctionne pas au fil des jours mais des émotions.

Hanoi ? La fameuse rue de la Soie, le vieux centre, les senteurs d'Asie. Mais il y a le congrès mondial d'Interpol. Autant dire que le centre est bien gardé et les accès limités. Pas grave, nous nous dirigeons vers le Temple de la Littérature. Un rêve au milieu de la ville... et Confucius à tous les étages ! Et dire qu'il faut déjà partir. Au revoir, madame Icône impossible à oublier.

Dans le souvenir, se mélangent toutes les envies, toutes les rencontres, l'anniversaire de Josiane aussi, un soir à bord de L'Amant quelque22- L'Amant à Chau Doc.JPG part sur le Mékong, après une excursion dans un coin de paradis vert comme les marais poitevins.  Comment, le Mékong, déjà ? Non, on rembobine. La curiosité, l'envie d'apprendre, de découvrir, de discuter.

Tiens, on fait du vin à Dalat. Nous ne sommes pas allés dans cette station climatique du Sud, mais nous avons vu les bouteilles, du côté Ninh Binh, porte de Hoa Lu, la baie d'Halong terrestre avec ses pains de sucre et les chèvres qui les escaladent. La pluie menace, mais elle ne se précipitera qu'après l'excursion sur ces fameux bateaux que l'on rame avec les pieds ! La pluie menace et il faut rentrer le riz. Plusieurs récoltes par an et les grains qui sèchent partout où il y a de la place, dans les cours, sur les places, sur les routes. On roule dessus, comme tout le monde. Dans les champs... on replante déjà.

Nous quittons la baie d'Halong terrestre pour la vraie, classée au patrimoine de l'Unesco et nouvelle merveille du monde. A quoi cela sert-il de classer un mythe ? Qu'importe si, en se rendant à la grotte des Surprises, chacun se rend compte, en voyant le nombre de bateaux, que les statistiques ne sont pas trompeuses : il y a bien 5 millions de visiteurs par an dans la baie d'Halong... et nous, et nous et nous qui prenons un plaisir fou à voir ces villages flottons - ah oui, il y a un même une banque flottante - ces familles qui sont heureuses d'accueillir les visiteurs étrangers. Alors, on remonte à bord du Victoria Star pour le dîner et une nuit merveilleuse. Et, pour les lève-tôt, un cours de tai-chi.

11- Baie d'Halong1.JPGRetour sur Hanoi et l'aéroport. Direction le Cambodge avec Siem Raep. Un autre monde, une autre magie : les temples d'Angkor, trop grands pour la mémoire, trop beaux pour y coller autre chose que la magnificence. Nous ne sommes pas seulement face à des pierres qui ont défié le temps, les vents, les pluies, les Hommes, mais devant l'Histoire.

Un coup d'aile et c'est déjà Phnom Penh - ah oui, il y a une horloge fleurie comme à Genève - et le Palais Royal beau comme... un palais royal, avec de l'or et des lumières qui font de nous d'extraordinaires photographes. Un petit repas au bord du fleuve et c'est l'heure d'emprunter un bateau rapide pour quatre heures à voir la vie défiler sur l'eau comme sur les rives que les inondations ont reculées. Passage de la douane et, bientôt, Chau Doc et L'Amant, ce magnifique bateau d'inspiration coloniale, juste pour nous. Pas si facile le cours de cuisine, pas si simple de rouler les nems. Mais le chef est là, attentif comme tout l'équipage. Maintenant, c'est l'hôtel qui bouge jusqu'à Cai Be. Plus besoin de faire les valises, seulement savourer, apprendre quelques mots. Et déambuler dans le marché de Sa Dec, petite ville coloniale pour tenter de ressentir l'esprit de Marguerite Duras qui y a vécu et aimé ce fameux Chinois de son livre L'Amant...

Ah, déjà Saigon ? Ou Ho Chi Minh Ville pour respecter un code officiel auquel personne ne pense s'il ne vient pas du Nord. D'accord, un petit tour jusqu'à cette étonnante cité de Tay Ninh, siège de la religion caodaïste qui vénère Victor Hugo, Pasteur ou Lénine. Et Cuchi, bien sûr, pour le rappel de la guerre du Vietnam et de ces fameux tunnels souterrains de plusieurs centaines de kilomètres.

Saigon bouge terriblement vite. Il y a quinze ans, il n'y avait pour ainsi dire pas de véhicules privés, peu de deux-roues motorisés. Plus de cinq millions de mobylettes et motos sillonnent les rues en permanence aujourd'hui. Tiens, il y a même un concessionnaire Rolls-Royce/Bentley ! Vous sentez champions du monde si vous avez réussi à traverser. La preuve finalement qu'il y a très peu de circulation à Hanoi...

Alain Bossu

1-Hanoi marionnettes d'eau.JPG

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.