02/11/2009

Octobre 2009

CROISIERE SUR LA MEDITERRANEE

A BORD DE L'ORCHESTRA

Récit Christian Pasche


Genes 1810.jpgDimanche 18 octobre 2009 06h. L’air est frais et les 42 personnes qui sont au départ de Genève pour la croisière, sur l’Orchestra de la Cie SMC, commercialisée par Cruise line, pour les lecteurs de la Tribune de Genève et 24heures, sont au rendez-vous. Nous chargeons les valises dans « l’Oiseau bleu » (compagnie de cars) qui va nous emmener au port de Gênes. Ville de départ de notre croisière qui fera escale à  Malaga (Espagne), Cadix (Espagne), Lisbonne (Portugal), Gibraltar (Angleterre), Alicante (Espagne), Barcelone (Espagne) et retour sur Gênes (Italie). 7h30 détour par la gare de Lausanne pour y récupérer les 10 personnes qui manquent à l’appel de Genève. Tout le monde est là… le voyage peut commencer. Martigny, changement de chauffeur avec la première surprise, café chaud et croissant nous attendent sur le parking. Nous repartons ensuite en direction du col du Saint-Bernard via Aoste. Ce premier matin est commenté par notre chauffeur qui nous explique les paysages que nous traversons jusqu’à Gênes. 14h. arrivée à Gênes où nous découvrons l’Orchestra, cette ville flottante (292m de longueur, 32m de largeur, 92.000 tonnes, 14 étages, 3000 passagers, 1500 membres d’équipage) dans laquelle nous partirons en mer pour notre périple méditerranéen. 17h la sirène du bateau nous annonce notre départ. Tout le monde se retrouve sur le 14ème pont pour assister à ce moment magique. Depuis cet endroit nous regardons le port s’éloigner.

Lundi 19 octobre 2009. Une journée en mer 10000 miles à parcourir (Gênes –Malaga), nous profitons de cette journée pourpano malaga.jpg découvrir les coins et recoins de ce majestueux navire. Un peu de farniente à l’abri du vent. Nous voguons à 21noeuds de moyenne contre 30 nœuds de vent, il fait frais… La soirée se passe entre le spectacle ­– ce soir le thème sera le Cirque -  et les salles de dance où l’on peut apprendre les pas les plus classiques, tels que le Tango ou la Valse.

 

Malaga_Picasso_2010.JPGMardi 20 octobre 2009. Arrivée à Malaga à 10h30. La température à terre est de 25° il fait beau nous débarquons du navire non sans avoir pris un copieux déjeuner sur la terrasse d’un des nombreux restaurants de l’Orchestra. Nous partons pour une visite du Castillo del Gibralfaro l’accès est plutôt agréable puisque que nous montons un petit chemin à travers les Ibiscus et les jasmins qui parfument ce parcours. Le  monument date de l’époque Islamique. Nous continuons notre balade par la visite du théâtre romain merveilleusement conservé et ensuite par la visite d’Alcazaba qui fut un quartier militaire et actuellement transformé en musée. Moment d’émotion lorsque que nous arrivons sur la Plaza de la Merced, où nous nous retrouvons nez à nez avec Pablo Picasso assis sur son banc le crayon à la main. La statue de bronze a un effet saisissant et nous profitons d’immortaliser ce moment avec le grand maître. Au dédale de ces ruelles de la cité, nous faisons une halte pour manger quelques tapas avant de rejoindre la Cathédrale de Notre-Dame de l’Incarnation, lieu de notre dernière visite de la journée à Malaga avant de réembarquer sur l’Orchestra. 22h30, les trompes du bateau nous annonce notre départ imminent pour Cadix, distante de 146miles nautiques.

Mercredi 21 octobre 2009. Cadix. Ville fondée il y 3000 ans par les Phéniciens, elle est la plusCadix_2110_.JPG ancienne cité d’Occident. Les différents peuples qui s’y installèrent laissèrent leurs empreintes culturelles dont l’influence marque encore le caractère des habitants de Cadix. Nous débarquons vers 9h00 du matin pour nous diriger dans le parc magnifique où sont concentrés des écosystèmes hétérogènes : falaises, plages, dunes, lagunes, marais et vasières, qui invitent à profiter à la fois de ses paysages, de sa faune et de sa flore exceptionnelles où l’essence de toutes ces espèces se mélange aux odeurs matinales. Nous longeons le bord de mer jusqu’au château de Santa Catalina et le château de San Sebastián, malheureusement en rénovation. Nous profitons alors des immenses plages pour patauger  les pieds dans l’eau (pour le reste on attendra l’été prochain). Après cet intermède nous nous dirigeons vers le centre ville pour flâner devant et dans les boutiques du centre ville. Il est temps pour nous de retourner au navire et de mettre le cap sur notre prochaine étape qui est Lisbonne distante de 263 miles nautiques.

Gibraltar;2310.JPGJeudi 22 octobre 2009. La nuit en atlantique fut pour la majorité… houleuse. La tempête que nous avons traversée pendant la nuit n’a pas fait que des heureux jusqu’à l’arrivée de Lisbonne. Moment magique que cette arrivée au petit matin dans l’Estuaire du « Rio Tejo » la plus longue rivière de la péninsule Ibérique. Nous laissons à bâbord la  tour Belém qui sera une des plus belles visites de la journée à venir. Nous accostons à 9h00 sur le quai du « 25 Abril », date de la libération du Portugal de la dictature appelée « Estado Novo ».10h00 débarquement pour quelques heures de visite qui commence par l’office de Tourisme, le conseil de pro est de rigueur pour l’immensité de cette cité. Nous remontons ensuite la rue principale jusqu’au quartier des libraires. Nous nous engouffrons dans un ascenseur extérieur datant de 1902 pour remonter jusqu’au musée archéologique situé dans les ruines du Couvent Carmo.  Cette retraite des carmélites avait été endommagée par le très destructeur tremblement de terre de 1755. Nous continuons notre périple jusqu’aux remparts du Castelo de São Jorge d’où l’on surplombe toute la ville de Lisbonne. Redescente dans les ruelles de l’Alfama, quartier aux rues étroites, qui a survécu au séisme de Lisbonne. C'est le berceau d'un style musical portugais qui est décoré au goût des propriétaires des lieux, cela donne une fantaisie très colorée aux acheminements de ces petites ruelles.

Direction la rive du Tage, où l’on trouve le quartier historique de Belém. Son principal intérêt touristique est le monastère des Hiéronymites, dont la construction a commencé en 1501 et n'a été terminée que 70 ans plus tard. Cette construction a coûté l'équivalent de 70 kg d'or par année. Détour par la tour de Belém, qui a été construite sur les bords du Tage entre 1515 et 1521 par le roi Manuel Ier de Portugal pour garder l'entrée du port de Lisbonne. Située dans le quartier de Belém, elle a été classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1983.

Il est temps pour nous de retourner sur notre bateau, mais non sans avoir fait un détour par la plus célèbre pâtisserie de Lisbonne fabriquant les fameux Pastéis de Belém. Nous embarquons juste à l’heure pour notre prochaine étape : Gibraltar. Distance de cette navigation 340 miles nautiques. La nuit est très calme et nous pouvons récupérer de la nuit précédente passée dans la tempête.

Vendredi 23 octobre 2009. Passage en Grande Bretagne pour la journée. Nous arrivons à Gibraltar (La montagne de Tariq)Gibraltar;2310.JPG à 13h30 sous un soleil radieux. La ville est bien plus imposante que ce que laisse imaginer les prospectus que nous avons pu lire.  Après avoir débarqué nous nous dirigeons sur le centre ville où les boutiques free taxe nous font de l’œil, mais le « Rocher de Gibraltar » culminant à 426m et réserve naturelle peuplée par des macaques berbères - les seuls singes sauvages d'Europe est la première visite prévue pour cette matinée. Nous nous dirigeons donc vers le départ du téléphérique, l’attente est un peu longue, nous sommes dans les premiers. - VonhRol aurait pu le concevoir un peu plus grand – Enfin nous arrivons au sommet, nous sommes accueillis par une famille de singes, la mère et son petit nous font leurs numéros sous l’œil protecteur du père qui n’a pas l’air commode. Pour la descente nous le faisons à pied jusqu’au château qui domine l’aéroport. Étrange vision… la piste de l’aéroport est coupée par la route principale, cela nous donne un ballet de trafic d’avions et d’autos s’entrecroisant. Retour au centre ville où l’appel de la « taxe free » est irrésistible. Nous réembarquons les mains pleines de nos achats avant de lever l’ancre pour Alicante distante de 308 miles nautiques.

Alicante_2410.JPGSamedi 24 octobre 2009. Alicante. La ville se trouve au bord de la Mer Méditerranée, dans une plaine délimitée par une série de collines et de hauteurs. Le mont Benacantil, avec 169 mètres d'altitude, coiffé par le Château de Santa Barbara (Castell de Santa Bàrbara) domine la ville et constitue l'image la plus caractéristique d'Alicante.

L’ascenseur creusé sous le château de Santa Bàrbara nous emmène sans effort à ce point de vue d’où l’on aperçoit les plages de cette cité balnéaire encore très peuplée à cette époque de l’année. Nous passons par le Parc de l'Ereta : situé sur le versant de la colline Benacantil, pour redescendre en ville. Étant donné la chaleur qu’il règne, nous préférons pour la suite de la journée faire une halte à la plage avec une baignade dans une mer à 22° avant de regagner le pont du navire pour notre avant dernière étape. Barcelone distante de 228 miles nautiques.

Dimanche 25 octobre 2009. Barcelone 8h00 du matin. Nous arrivons dans un port comble, huit des plus gros navires du Barcelone_2510.JPGmonde ont fait escale au même moment dans ce port qui ne cesse de grandir. Escale trop courte pour l’immensité de cette ville médiévale -capitale de la Catalogne. Nous décidons que cette courte halte sera dédiée à Gaudi et au Parc Güel (lieu du tournage de l’Auberge Espagnole). Le métro sera notre moyen de transport pour cette visite dans l’étrange monde d’Antoni Gaudi. Un lézard de faïence aux couleurs multiples nous accueille dès l’entrée du parc, tous les murs, bancs, plafonds du parc et boutiques des environs sont du même thème, faïences colorées. Retour juste à l’heure pour le départ sur Gênes, ultime étape de cette formidable croisière. 357 miles nautiques nous attendent pour le reste de la journée et de la nuit. Retardons l’arrivée à Gênes en profitant de cette dernière nuit à bord et faire un peu la fête dans l’un des nombreux bars du navire avec les personnes rencontrées pendant cette sympathique semaine à bord commercialisée par Cruise line notre partenaire croisière.

Lundi 26 octobre 2009 8h00 arrivée à Gênes sous le soleil. Le car est déjà là pour le retour dans la cité de Calvin.

En ce qui me concerne, nous reviendrons l’année prochaine, c’est sûr…..

Groupe.JPG

 

Les commentaires sont fermés.