05/01/2009

2008-2009

CROISERE ET REVEILLON DE NOUVEL-AN

SUR LE DANUBE

Récit Michèle Paoli


Hongrie 30 a.m (6).JPG 

Effervescence de fêter le passage de l’an 2009 ailleurs que dans son environnement ; séduction de traverser des villes féériques connues pour leur musique et leur histoire ;   enchantement de naviguer sur l’un des plus mythiques fleuves d’Europe, le Danube, telle est la croisière que le Club Voyages de la Tribune de Genève et de 24heures, sous l’égide de TourisAir et de son directeur Jacques Bussat, a proposé à ses lecteurs pour cette fin d’année.

Samedi 28 décembre 9 heures : l’aéroport de Genève est bondé. Trolleys, caddies, valises, poussettes, familles, familles avec enfants, personnes seules, bref tout ce beau monde va partir vers des destinations différentes. Un avion décolle l’un après l’autre. Nous partons sur Beethoven. Pardon, cela pourrait prêter à confusion. Je voulais dire sur le bateau MS Beethoven de la flotte CroisiEurope, qui nous attends à Vienne. Nous sommes trente-cinq personnes et ma joie est telle car je retrouve près de la moitié d’habitués qui sont devenus des amis. C’est un plaisir de se retrouver et de faire de nouvelles connaissances aves les participants qui me paraissent ma foi fort sympathiques. Nous allons nous envoler pour quatre jours dans quelques instants et embarquer sur le MS Beethoven, beau bateau fluvial, qui nous conduira de Vienne, à Budapest et à Bratislava. Le réveillon de Nouvel An est prévu à Budapest et nous nous réjouissons beaucoup de ce périple. Mais revenons à Genève, à l’aéroport. Nous aurons le temps de décrire jour après jour notre voyage. Après avoir repéré tous nos participants et fait l’enregistrement, nous nous dirigeons vers la porte qui nous mène jusqu’à Zurich. Pas le temps de flâner dans l’aéroport qu’il faut se diriger immédiatement pour un embarquement immédiat. Nous sommes presque les derniers. Donc juste le temps de prendre place sur nos sièges que le moteur de l’avion commence à tourner et quelques minutes après nous sommes dans le ciel via Vienne. Petit somme, lecture, léger en-cas et nous voilà déjà arrivés dans cette belle capitale viennoise dont on ne tarit pas sur sa beauté. Nous verrons demain, ce qu’il en est réellement… Après une trentaine de minutes en car à travers la ville, nous apercevons le bateau qui nous accueille. Peter, le commissaire de bord et son équipe, nous font une haie d’honneur de bienvenue en nous proposant de patienter quelques instants pour prendre possession de nos cabines. Nous voilà tous installés et nous savons déjà par le livre de bord ce qui nous attends pour le soir. Six tables réservées pour la Tribune de Genève et 24 heures et un repas fort agréable pour les uns selon leurs goûts, moins plaisant pour les autres, selon les leurs. Mais nous sommes bien et l’ambiance est agréable. Le soir chacun fait ce que ses envies le guident et nous passons une nuit bien reposante

Vienne 28-29.12 (10).jpgSamedi 29 décembre : matinée consacrée au Château de Schonbrunn. Cette ancienne résidence d’été de la famille impériale dont l’abondance des quarante pièces d’appartements restés dans le temps témoigne du faste de la vie de la cour à l’époque de Marie-Thérèse qui mit au monde quatorze enfants dont François-Joseph époux d’Elisabeth, dite Sissi, également sa cousine germaine puisque fille de la sœur de Marie-Thérèse. La vie de Sissi devenue impératrice nous rappelle « notre » Romy qui a si bien joué son rôle (enjolivé, bien sûr) et nous a tant fait rêver…. Sissi écrivait dans son journal : « Née un dimanche, je suis fille du Soleil, de ses rayons d’or il me fit un trône, de son éclat me tressa une couronne et sa lumière est ma demeure sans pareille ». Il est bien évident que sa vie, vue, lue, entendue et bien sûr romancée, continue à faire rêver, alors que cela ne devait pas être enviable de vivre dans cette famille impériale dont les mariages se faisaient entre eux et la consanguinité n’était pas bienheureuse. Après cette visite fastueuse et très intéressante, le froid n’a pas retenu quelques uns à visiter la colline et les jardins. Mais je peux vous assurer qu’il faisait extrêmement froid. Donc ce fut un plaisir de revenir sur notre bateau où notre déjeuner nous attendait. L’après-midi, d’aucuns sont partis pour une visite guidée en car, d’autres, comme moi pour un tour de ville à pied dans la magnifique avenue piétonne bondée de badauds et de magasins. Le froid était si intense (-8°) que nous n’avons pas trop traîné pour retrouver la chaleur et l’ambiance du bateau. Mélange de musique, de danses, de jeux de cartes et c’est dans cette sympathique atmosphère que nous attendons notre repas du soir, suivi d’une soirée animée. 

Hongrie 30 a.m (9).JPG

Dimanche 30 décembre : journée de navigation jusqu’à Budapest, c'est-à-dire journée de détente. Les couples se forment et jouent aux cartes, lisent, écoutent la musique, se reposent dans leur cabine et bien entendu les danseurs n’hésitent pas de faire quelques pas de danse sur les belles romances de l’époque. A 11 heures, le cocktail offert par la Tribune de Genève et 24heures se déroule dans le Salon bar, intimiste et très accueillant, avec le musicien qui nous joue des morceaux connus. Coupe à la main, nous trinquons à notre beau voyage et à la camaraderie qui se crée. Déjeuner, sieste et à 15 heures nous arrivons à Budapest où quelques-uns se précipitent déjà pour visiter le marché le plus connu d’Europe de l’Est tant par sa grandeur que par la richesse de ses produits qu’ils soient alimentaires ou d’artisanat. En fin d’après-midi, le commissaire Peter présente son équipage et offre le cocktail de bienvenue qui a précédé un délicieux repas.

Vienne 28-29.12 (47).jpg

Lundi 31 décembre : malgré le froid « sybérien », l’excursion pour la visite de Buda et Pest (Budapest) est programmée très tôt et nous partons faire une visite de la ville en découvrant de notre bus les bains de Kiraly, l’Institut français, la Bibliothèque Széchenyi située dans le Palais Royal, le lac de Varosliget, l’Académie de musique Liszt Ferenc, le Mont Janos et enfin la colline du Gellert où quelques instants nous ont accordés pour nous promener. Dommage que nous devions quitter la ville dans l’après-midi, car elle semble excentrique et reposante et tous les Bains qui sillonnent la ville nous auraient bien réchauffés…. Mais, c’est la journée du Réveillon et nous revenons assez tôt au bateau pour faire honneur à l’équipage, aux participants et à nous-mêmes en nous couvrant de notre plus belle parure pour fêter le passage à l’an 2009. C’est en naviguant vers Bratislava que nous commençons la soirée par un apéritif, suivi d’un délicieux repas pour continuer les festivités au Salon où les 12 coups de minuit nous autorisent aux embrassades pour souhaiter les vœux.

Hongrie le soir (64).jpg

Mardi 1er janvier : navigation jusqu’à Bratislava où après notre déjeuner de midi, nous partons pour une excursion visiter la ville en partie à pied et en partie en car. Bratislava connue aussi historiquement sous le nom de Presbourg est la capitale de la Slovaquie et  le siège de la présidence, du parlement et du gouvernement slovaques. Dans la ville, il y a des universités, beaucoup de musées, théâtres et d'autres institutions culturelles (par exemple une célèbre philarmonique). La ville était traditionnellement influencée par plusieurs nations (les Autrichiens, Hongrois, Slovaques). Aujourd’hui, 1er janvier, grand changement pour les Slovaques : c’est la monnaie qui change. Ils ont adopté l’euro. Retour sur le bateau pour la dernière soirée. La chaleur du MS Beethoven est  très appréciée et c’est un plaisir que de pouvoir se réchauffer et se reposer en écoutant la musique des grands compositeurs de ces pays puisque la navigation reprenait en direction de Vienne.

Mercredi 2 janvier : ce périple, certes court, a été très agréable. Aucune fausse note, si ce n’est le retour où nous avons eu presque deux heures de retard, non pas à Vienne, mais à Zürich, parce que l’avion n’était pas dégivré. Le plus ennuyeux dans ces cas-là est toujours l’information incomplète qui nous est donnée. Près d’une heure d’attente dans l’avion, mais le summum a été, encore, l’attente à Genève dans l’avion car la passerelle était givrée…

Bratislava-1er janvier 09 (1).jpg 

Bien entendu, nous en avons ri, tout en se demandant si Swiss allait nous offrir un vol pour la patience dont nous avons fait preuve.... C'est évidemment une plaisanterie...

Je tiens à dire de tout cœur MERCI à Louis et Doris Barbero, Jean-Pierre et Marie-Claude Beausoleil, Alice Berthod, Jean-Louis Blanc, Werner Kelin et Gerlinder Schneeberger, Anastasia Bindeschdler, Walter et Sylviane Buehler, Rémy et Christiane Coendet, Michel et Claire-Lise Cornuz-Rochat, Romain et Monique Chammartin, Joachim Ernst, Irène Golay, Irma Hardorn, Jacques et Marie-Claire Héritier, Georgette Loup, François Prahin, Arie et Anne-Loise Poot, Jacqueline Rousselle, Sylviane Savary, Piroska Schneeberger, Edouard et Marie-Hélène Schiess, Nicole Tronchet et Nicole Paralieu. Merci pour leur gentillesse, pour leur fidélité à nos journaux et encore une fois : BONNE ANNEE 2009. Je ne veux pas oublier l'agence qui commercialise le voyage : TourisAir, mais aussi la représentante de CroisiEurope, Sylviane Christinat

Michèle Paoli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.